Défi pâtisserie

Défi pâtisserie : Mon bilan en 10 points

En Août dernier je me suis lancé le défi de poster en ces lieux 2 nouvelles recettes chaque semaine pendant 3 mois. Aujourd’hui, je peux dire que ce fut un succès. Je vous livre les 10 points que j’ai retenus de cette expérience.

 

Poires

 

1. Réflexion

 

Prendre le temps de réfléchir avant de se lancer dans une nouvelle création permet d’obtenir un résultat plus harmonieux. Pour mon entremets poire-amande par exemple, j’ai longuement réfléchi aux différentes déclinaisons des poires et des amandes, aux associations de saveurs et de textures, et j’ai été étonnée du résultat, qui surpassait mes créations précédentes.

 

2. Minimalisme

 

Il y a de l’élégance dans la sobriété. Afin de ne pas encombrer mes pâtisseries d’ingrédients superflus, je m’efforce de n’utiliser que le strict minimum. Si un élément n’apporte rien de notable à la recette, je l’en retire.

 

3. Simplicité

 

Il est hasardeux de multiplier les saveurs lorsqu’on ne maîtrise pas leurs associations : plus il y en a, plus il y a de chances qu’un conflit ou un déséquilibre apparaisse. C’est pourquoi j’ai choisi de revenir aux basiques en me limitant à des harmonies de saveurs certes évidentes mais solides, pour ensuite progressivement complexifier ma palette et construire des architectures de goûts de plus en plus raffinées.

 

4. Texture

 

Contrairement à ce que je pensais, le plus difficile en pâtisserie végétale saine n’est pas de remplacer les œufs mais d’utiliser peu de matière grasse tout en conservant une texture gourmande. Souvent, un biscuit délicieusement croustillant au sortir du four se sera ramolli le lendemain. Un muffin moelleux, quant à lui, deviendra sec. De ce côté, il me reste beaucoup de recherches à faire. J’ai cependant quelques pistes, que je vous dévoilerai dans un prochain article.

 

Pomme

 

5. Courage

 

Dans l’espoir d’éviter les échecs, il est tentant de s’en tenir à ce qu’on maîtrise déjà. Pour repousser mes limites, j’ai adopté la stratégie inverse : sortir de ma zone de confort. Oui, j’ai eu des ratés, et c’est justement grâce à ces ratés que j’ai pu progresser. Un exemple est que j’aurais pu choisir la voie de la facilité et préparer une majorité de recettes au chocolat – car il faut l’avouer, se rater avec du chocolat est un peu plus difficile – mais j’ai choisi de varier et de tester des ingrédients moins évidents à manier. Je l’avoue, il y a tout de même un grand nombre de recettes contenant du chocolat… C’était tout simplement plus fort que moi !

 

6. Organisation

 

Je l’avais spécifié dans ma description du défi : l’efficacité en cuisine était un point que je souhaitais travailler. Une meilleure organisation et quelques astuces m’ont permis de remédier à ma lenteur et de gagner en efficacité. Je vous prépare un article à ce sujet.

 

7. Patience

 

Pâtisser nécessite de savoir attendre : attendre que la pâte repose avant de l’abaisser, attendre que cette magnifique tarte refroidisse avant de la décercler, attendre que la ganache prenne avant de la dévorer… Attendre, attendre, attendre. Car il faut laisser la magie opérer, au risque de saccager le fruit de nos efforts. Dure leçon !

 

8. Clarté

 

Rédiger une recette compréhensible par d’autres que soi-même est tout à fait différent de gribouiller quelques instructions lacunaires à la va-vite sur un morceau de papier bordé de chocolat. Cela a le mérite, outre le fait de rendre possible le partage de ses créations, de permettre leur reproduction et donc leur amélioration.

 

9. Beauté

 

Mettre en valeur mes pâtisseries est un point sur lequel j’ai dû – et dois encore – travailler. Que sert-il de confectionner des desserts savoureux si leur apparence est repoussante ou tout au plus peu avenante ? Soigner la présentation et maîtriser l’art de la photographie culinaire sont donc nécessaires. Mon défi pâtisserie m’a donné l’occasion de faire mes premiers pas dans ces deux domaines.

 

10. Persévérance

 

Améliorer ses recettes et ses tours de main demande de faire et refaire sans se lasser. Progresser nécessite persévérance et rigueur. Alors qu’auparavant je ne pâtissais que sur le vif et sans prendre de notes ni jamais reproduire mes desserts, je note à présent systématiquement et soigneusement toutes mes recettes et les teste de nombreuses fois afin de les optimiser. Les résultats que j’obtiens n’en sont que plus soignés.

 

Récapitulatif des pâtisseries du défi

 

Biscuits

À la courge butternut et aux épices

À l’avoine et à la poire

Au praliné

 

Boissons

Aux agrumes { sans gluten }

Golden milk ou lait doré { sans gluten }

 

Crèmes

Crème anglaise { sans gluten }

Crème brûlée à la banane { sans gluten }

Gelée de pêches et son coulis de fruits rouges { sans gluten }

Pâte à tartiner protéinée chocolat-cacahuète { sans gluten }

 

Entremets

Abricot-canneberge { sans gluten }

Charlotte chocolat-praliné

Poire-amande

 

Gâteaux

Brownie à la courgette

Cercueil au chocolat (spécial Hallowe’en)

Gâteau aux figues et aux épices

Gâteau au chocolat et à l’orange amère 

Gâteau de semoule de millet à l’ananas et à la noix de coco { sans gluten }

Muffins au cacao et aux noix de cajou

Muffins aux graines de courge

Pain à la betterave et aux noix

 

Tartes

Au chocolat { sans gluten }

Aux pommes { sans gluten }

Courge butternut-chocolat

Flan aux marrons et aux noisettes { sans gluten }

 

Divers

Brioches au sésame et aux noisettes

Pain perdu

 

J’espère que ce bilan vous aura inspiré et donné envie de progresser en pâtisserie végétale.

 

Et vous, qu’avez-vous appris récemment dans votre pratique ?

Vos commentaires sont les bienvenus !

 

À bientôt sur Graine de Gâteau,

Camille

 

Sources des images, par ordre d’apparition : PIRO4D, Mircea Ploscar.

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pâtissière végane, exploratrice du monde fascinant de la pâtisserie végétale.

Laisser un commentaire